background

Le streetwear durable de Wonda Kammer par Véronica

#couveuse , #crowdfunding , #femme , #ESS , #jeune

 

Après avoir acquis une expérience et des compétences dans le monde de la mode Véronica réalise son ambition de longue date en créant sa marque de street wear masculin, Wonda Kammer.

Pour fédérer sa communauté elle lance sa campagne sur Bge Participatif & Ulule, venez découvrir qui est la créatrice derrière ce super projet!

 

Quelle est l’activité de votre entreprise ? Quelle est votre valeur ajoutée ? 

Wonda Kammer est une marque de streetwear pour homme éthique et éco-responsable, nous faisons des chemisettes imprimées inspirées de l'art digital.

Notre force c'est de proposer une option originale et colorée, aux nouveaux optimistes qui ont consciences de l'impact que leur consommation peut avoir sur le monde.

Nos chemises sont fabriquées avec du coton bio, imprimées en Italie, et produites de façon éthique au Ghana avec notre partenaire Ethical Apparel Africa qui a pour but de créer des emplois de qualités pour les femmes en Afrique de l'ouest. Nous compensons notre impact en carbone au travers d'une ONG, Carbon Offsets To Alleviate Poverty, qui plante des arbres dans des régions pauvres du monde pour créer de l'emploi tout en combattant le réchauffement de la planète.

Notre but est d'être le plus responsable possible à chaque saison. Nos prochains objectifs sont de n'utiliser que du coton fair-trade, d'imprimer sans solvant, et de n'utiliser que des emballages recyclables.

 

Comment est née cette idée de création d’entreprise ? Pourquoi avez-vous décidé de devenir entrepreneur ?

J'ai toujours voulu monter ma propre marque, mais je voulais d'abord acquérir une expertise dans mon métier.

Après avoir travaillé comme styliste junior, sourceuse matière, designer textile et analyste de tendance je me suis sentie prête à me lancer toute seule.

Au fur et à mesure de ma carrière je me suis rendu compte que mes valeurs ne s'alignaient pas avec les méthodes de production de mon industrie. De plus j'ai vu autour de moi de plus en plus de garçons s'intéresser à la façon dont leurs vêtements étaient produits, sans trouver pour autant d'alternative qui correspondait à leur style vestimentaire.

 

Quel a été votre parcours personnel / professionnel avant la création ? 

Je suis née aux Etats-Unis, d'un père français et d'une mère colombienne. J'ai grandi au Pays-Bas, en France et au Japon. Après le lycée je suis venue sur Paris pour étudier dans une grande école de mode où je me suis spécialisée en mode masculine.

Après mes études j'ai travaillé chez Editions M.R., Sandro Homme, puis Lizybiz un bureau de tendance et de design textile.

 

Vous lancez une campagne de crowdfunding. Quels sont vos objectifs ? 

L'objectif principal de la campagne est d'abord de faire connaître ma marque en utilisant la campagne comme plateforme pour communiquer aux médias.

Le deuxième objectif est d'augmenter le nombre de commandes pour mon usine au Ghana et de financer une partie du stock que je vais acheter pour notre boutique en ligne.

 

Vous êtes accompagnée par BGE PaRIF. Quel est l’apport de cet accompagnement dans votre parcours d'entrepreneur ? 

Etre accompagnée par BGE Parif m'a permis d'être beaucoup plus efficace dans la création de mon entreprise grâce à des objectifs et des dead-lines fixées avec ma conseillère.

De plus les formations m'ont permis d'acquérir des outils pour apprendre à démarcher des clients et des partenaires, et surtout pour parler de mon projet de façon claire et efficace.

Enfin le fait de rencontrer constamment d'autres entrepreneurs permet de se sentir moins seule dans son projet.

 

Avez-vous bénéficié d'autres soutiens ou aides pour mettre en place votre projet ? 

J'ai participé aux ateliers ActivCréa avec le Pôle Emploi, mais surtout j'ai eu beaucoup d'aide de mon réseau personnel qui est toujours disponible pour me soutenir dans mon projet, que ce soit la famille, les amis, ou les anciens collègues.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un futur entrepreneur ?

Je pense que le plus important quand on a une idée à laquelle on croit c'est de se lancer, car si on passe notre temps à remettre au lendemain le lancement de notre projet, quelqu'un d'autre avec la même idée le fera avant nous! 

 

Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? 

Dans 5 ans j'espère être distribuée dans des points de vente en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. J'espère pouvoir renforcer la démarche éthique de Wonda Kammer et m'impliquer dans ce mouvement qui me tient à cœur.

15/12/2017

Suivant