background

Alexia Rigault recherche pour vous des oeuvres d'art

#couveuse , #femme , #reconversion

Alexia,Murs Blancs-resize311x465-crop266x337.jpg

 

Quel a été votre parcours professionnel avant de vous lancer dans l'entrepreneuriat ?

Après une école de commerce, j’ai travaillé 9 ans en Marketing pour le compte de grandes entreprises dans le secteur de l’industrie. Depuis je me forme à l’histoire de l’art à l’école du Louvre.

Comment vous est venue l’idée et la volonté de créer votre entreprise ?

Mon métier de marketeur en entreprise m’a toujours plu. L’idée de créer Murs Blancs m’est plutôt venue par un concours de circonstance. Mon entreprise se réorganisait et je me suis demandée si ce n’était pas l’occasion d’aller vers quelque chose de nouveau. Attirée par les artistes depuis toujours, j’ai d’abord songé à devenir agent d’artistes. Je m’étais aussi aperçue que certains particuliers désiraient acquérir des œuvres d’art, mais pour différentes raisons, n’allaient pas au bout de leur démarche. Par manque de temps pour parcourir les galeries, par peur de se tromper ou de se faire arnaquer sur le prix, ou parce qu’ils ne savaient tout simplement pas où chercher pour avoir une chance de tomber sur un coup de cœur.

En créant ce service de chasseur d’art, j’y ai vu un moyen d’aider tout le monde en même temps !

Quelle est l'activité de votre entreprise ?

Murs Blancs est un service de recherche personnalisée d’œuvres d’artistes français. J’aide les amateurs d’art à définir leurs envies et à trouver leurs coups de cœur, et ce, pour tout budget.

Murs Blancs permet aussi aux entreprises de trouver les artistes qui véhiculent les mêmes idées et valeurs qu’elles, et ainsi de décorer leurs espaces de travail avec des œuvres qui ont du sens.

Comment avez-vous construit votre projet ?

Avant de rejoindre la BGE, j’ai étudié le marché pour essayer de comprendre comment apporter un service qui aurait de la valeur ajoutée (enquête, analyse de la concurrence, discussions avec des acteurs du marché). J’ai aussi travaillé sur le nom de l’entreprise, le logo, le site internet… Intégrer la couveuse m’a permis de travailler mon business plan et de tester mon marché. Une fois sortie, et avec le retour de mes premiers clients, je n’ai eu qu’une envie, continuer !

Que vous a apporté le dispositif des Couveuses-Lab ?

L’accompagnement BGE m’a permis de bénéficier d’un cadre, d’un regard extérieur et d’un soutien. Confronter son idée au marché n’est pas toujours évident, car il faut arriver à détacher le service de soi. Le conseil avisé d’un consultant m’a paru essentiel pour éviter de tomber dans certain travers, pour gagner du temps aussi, si précieux dans la création d’une entreprise.

Sans oublier les formations en groupe, qui m’ont permis de réaliser que j’avais les mêmes problématiques que mes camarades. Cela m’a pas mal rassurée.

Quelle est votre situation actuellement et comment voyez-vous votre projet à court terme ?

J’ai lancé il y a quelques mois une offre pour les entreprises et un système de rémunération pour les porteurs d’affaires. Porter à la connaissance des amateurs d’art l’existence de ce service reste pour moi l’objectif principal. Je veille ainsi à rester ouverte à toutes les opportunités qui se présentent. Je ne peux pas encore me verser de salaire mais je suis sûre que ce n’est qu’une question de temps. Je continue à semer, en attendant la récolte…

31/07/2018

Suivant